Page:Molière - Édition Louandre, 1910, tome 1.djvu/308

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


fait incongrus en galanterie ! Je m’en vais gager qu’ils n’ont jamais vu la carte de Tendre, et que Billets-Doux, Petits-Soins, Billets-Galants et Jolis-Vers sont des terres inconnues pour eux[1]. Ne voyez-vous pas que toute leur personne marque cela, et qu’ils n’ont point cet air qui donne d’abord bonne opinion des gens ? Venir en visite amoureuse avec une jambe toute unie, un chapeau désarmé de plumes, une tête irrégulière en cheveux, et un habit qui souffre une indigence de rubans !… mon Dieu ! quels amants sont-ce là ! Quelle frugalité d’ajustement et quelle sécheresse de conversation ! On n’y dure point, on n’y tient pas. J’ai remarqué encore que leurs rabats ne sont pas de la bonne faiseuse, et qu’il s’en faut plus d’un grand demi-pied que leurs hauts-de-chausses ne soient assez larges.


Gorgibus

Je pense qu’elles sont folles toutes deux, et je ne puis rien comprendre à ce baragouin. Cathos, et vous, Magdelon…


Magdelon

Hé ! de grâce, mon père, défaites-vous de ces noms étranges, et nous appelez autrement.


Gorgibus

Comment, ces noms étranges ! Ne sont-ce pas vos noms de baptême ?


Magdelon

Mon Dieu ! que vous êtes vulgaire ! Pour moi, un de mes étonnements, c’est que vous ayez pu faire une fille si spirituelle que moi. A-t-on jamais parlé dans le beau style de Cathos ni de Magdelon, et ne m’avouerez-vous pas que ce seroit assez d’un de ces noms pour décrier le plus beau roman du monde ?


Cathos

Il est vrai, mon oncle, qu’une oreille un peu délicate pâtit furieusement à entendre prononcer ces mots-là ; et le nom de Polyxène que ma cousine a choisi, et celui d’Aminte que

  1. La carte de Tendre est une fiction allégorique du roman de Clélie. On voit sur cette carte un fleuve d'Inclination, une mer d'Inimitié, un lac d'Indifférence. Pour parvenir à la ville de Tendre, il falloit assiéger le village de Billets-galants, forcer le hameau de Billets-doux, et s'emparer ensuite du château de Petits-soins. L'idée de cette carte parut si ingénieuse, que tous les auteurs s'empressèrent de l'imiter. On vit alors paroître la Carte du royaume d'Amour ; la Description du royaume de Coquetterie et même une Carte du Jansénisme sur le modèle de la carte de Tendre. (Aimé Martin.)