Page:Monselet - Charles Monselet, sa vie, son œuvre, 1892.djvu/60

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


la Femme sauvage — commencée sur les bancs du collège et termine en collaboration de M. Gabriel Richard (Lesclide) fut représentée au théâtre des Variétés, le 7 octobre 1843, peu après l’apparition de la Lucrèce dePonsard, à l’Odéon.

« Ma première pièce, j’avais dix-huit ans, j’étais correcteur et feuilletoniste au Courrier de lu Gironde, » — a écrit plus tard Monselet, et il ajoute : « Le succès fut très vif. Félix Solar, mon rédacteur en chef, en avait suivi quelques répétitions. » À titre de feuilletoniste, Monselet poussa l’extrême zèle jusqu’à rendre compte de sa pièce, — après avoir pris soin toutefois de s’excuser de la sorte :

« … Rendre compte soi-même, dans son carré de papier, de sa pièce de théâtre, de son drame ou de son vaudeville, est une mode tout fraîchement arrivée de Paris avec les dernières coupes d’habits et les plus nouvelles façons de gilets… C’est un procédé renouvelé de Lemierre, de ce bon Lemierre, l’auteur de la Veuve du Malabar, qui, surpris dans l’élaboration d’un article laudatif, au sujet de sa tragédie, répondait ingénument « qu’on ne faisait jamais si bien ses affaires que soi-même ». (Feuilleton du Courrier de la Gironde, 14 octobre 1843.)

Monselet ne devait pas s’en tenir là : surprenant, certain soir, l’acteur Josse au moment où celui-ci allait entrer en scène, il paria, à la suite d’une discussion, d’endosser son costume et de jouer, au pied levé, le rôle de Brutus qui comptait trois cents vers environ. Quelques minutes après, Monselet entre en scène et joue sans broncher ; le public, — peu nombreux, il faut l’avouer, — ne réclame point : seul, le commissaire de police dresse procès-verbal.

Son collaborateur, Richard, qui se trouvait dans la salle, sans être au courant de cette gageure, m’a avoué n’avoir jamais éprouvé ni pareille surprise, ni semblable frayeur. Ajoutons que notre comédien ne se vanta jamais de cette équipée.

Je n’ai tenu moi-même à raconter cette anecdote que pour