Page:Montaiglon - Recueil général et complet des fabliaux des 13e et 14e siècles, tome I.djvu/113

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
85
LA HOUCE PARTIE

Prions Dieu que pardon li face ;
Ters tes iex, essue ta face,
Que li plorer ne t’i vaut rien.
Nous morrons tuit, ce sez-tu bien ;
Par là nous convendra passer ;
Nus ne puet la mort trespasser
Que ne reviegne par la mort.
Biaus filz, tu as bon reconfort,
Et si deviens biaus bacheler ;
Tu es en point de marier.
Et je sui mès de grant aage.
Si je trovoie .I. mariage
De gent qui fussent de pooir,
G’i metroie de mon avoir ;
Qar ti ami te sont trop loing ;
Tart les auroies au besoin ;
Tu n’en as nul en ceste terre
Se par force nes pués conquerre ;
S’or trovoie fame bien née
Qui fust d’amis emparentée,
Qui éust oncles et antains.
Et frères et cousins germains,
De bone gent et de bon leu,
Là où je verroie ton preu,
Je t’i metroie volentiers,
Jà nel leroie por deniers. »
Ce nous raconte li escris,
Seignor, or avoit el païs
.III. chevaliers qui erent frère,
Qui erent de père et de mère