Page:Montaiglon - Recueil général et complet des fabliaux des 13e et 14e siècles, tome I.djvu/114

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
86
FABLIAU V

Moult hautement emparenté,
D’armes proisié et alosé,
Mès n’avoient point d’eritage
Que tout n’éussent mis en gage,
Terres et bois et tenemenz,
Por suirre les tornoiemenz.
Bien avoit sor lor tenéure
.IIIm. livres à usure,
Qui moult les destraint et escille.
Li ainsnez avoit une fille
De sa fame, qui morte estoit,
Dont la damoisele tenoit
Dedenz Paris bone meson
Devant l’ostel à cel preudon.
La meson n’estoit pas au père,
Qar li ami de par sa mère
Ne li lessierent engagier.
La mesons valoit de loier
.XX. livres de paresis l’an ;
Jà n’en éust paine n’ahan
Que de ses deniers recevoir.
Bien fu d’amis et de pooir
La damoisele emparentée,
Et le preudon l’a demandée
Au père et à toz ses amis.
Li chevalier li ont enquis
De son mueble, de son avoir,
Combien il en pooit avoir,
Et il lor dist moult volentiers :
« J’ai, qu’en denrées qu’en deniers,