Page:Montaiglon - Recueil général et complet des fabliaux des 13e et 14e siècles, tome I.djvu/118

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
90
FABLIAU V

Donez congié à vostre père,
Que, foi que doi l’ame ma mère,
Je ne mengerai mes des denz
Tant com je le saurai céenz,
Ainz vueil que li donez congié.
— Dame, fet-il, si ferai-gié. »
Cil, qui sa fame doute et crient,
Maintenant à son père vient ;
Se li a dit isnelement:
« Pères, pères, alez vous ent ;
Je di c’on n’a céenz que fère
De vous ne de vostre repaire ;
Alez vous aillors porchacier.
On vous a doné à mengier
En cest ostel .XII. anz ou plus ;
Mes fetes tost, si levez sus ;
Si vous porchaciez où que soit.
Que fère l’estuet orendroit. »
Li pères l’ot ; durement pleure;
Sovent maudit le jor et l’eure
Qu’il a tant au siècle vescu :
« Ha ! biaus douz filz, que me dis-tu ?
Por Dieu, itant d’onor me porte
Que ci me lesses à ta porte.
Je me girrai en poi de leu ;
Je ne te quier nis point de feu,
Ne coute-pointe, ne tapis ;
Mès la fors souz cel apentis
Me fai baillier .I. pou d’estrain.
Onques por mengier de ton pain