Page:Montaiglon - Recueil général et complet des fabliaux des 13e et 14e siècles, tome I.djvu/119

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
91
LA HOUCE PARTIE

De l’ostel ne me gete fors.
Moi ne chaut s’on me met là hors,
Mès que ma garison me livre ;
Jà, por chose que j’aie à vivre
Ne me déusses pas faillir.
Jà ne puès-tu miex espenir
Toz tes péchiez qu’en moi bien faire,
Que se tu vestoies la haire.
— Biaus père, dist li bachelers,
Or n’i vaut noient sermoners ;
Mès fetes tost, alez vous en,
Que ma fame istroit jà du sen.
— Biaus filz, où veus-tu que je voise ?
Je n’ai vaillant une vendoise.
— Vous en irez en cele vile ;
Encore en i a-il .X. mile
Qui bien i truevent lor chevance :
Moult sera or grant meschéance
Se n’i trovez vostre peuture ;
Chascuns i atent s’aventure ;
Aucunes genz vous connistront,
Qui lor ostel vous presteront.
— Presteront, filz ! Aus genz que chaut,
Quant tes ostels par toi me faut ?
Et, puis que tu ne me fez bien,
Et cil qui ne me seront rien
Le me feront moult à envis,
Quant tu me faus, qui es mes fils.
— Pères, fet-il, je n’en puis mais
Se je met sor moi tout le fais ;