Page:Montaiglon - Recueil général et complet des fabliaux des 13e et 14e siècles, tome I.djvu/136

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée

108 FABLIAU VI 320

« Anieuse, fet-il, ma suer,
Tu es el paradis Bertran ;
Or pués-tu chanter de Tristran,
Ou de plus longue, se tu sez ;
Se je fusse autressi versez,
Tu me tenisses jà moult cort. »
Atant vers les braies s’en cort,
Si les prist, et si les chauça ;
Vers sa fame se radreça,
Qui en la corbeille ert versée.
Malement l’éust confessée,
Ne fust Symons qui li escrie :
« Fui toi, musart, n’en tue mie ;
Bien voi que tu es au desus.
Anieuse, veus-en tu plus ?
Fet Symons, qui la va gabant ;
Bien a abatu ton beubant
Sire Hains par ceste meslée.
Seras-tu mès si emparlée
Com tu as esté jusqu’à ore ?
— Sire, foi que doi S. Grigoire,
Fet cele, ne fusse hui lassée,
Se je ne fusse ci versée ;
Mès or vous proi par amistez,
Biaus sire, que vous m’en getez. »
Fet Symons : « Ainz qu’isses issi,
Fianceras orendroit ci
Que tu jamès ne méfieras,
Et que en la merci seras
Sire Hains, à toz les jors mès,