Page:Montaiglon - Recueil général et complet des fabliaux des 13e et 14e siècles, tome I.djvu/142

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée

114 FABLIAU VII 52

A moult grant joie amené l’ont,
Et le mengier fu atornez.
Grevais ne s’est pas oubliez,
Li provos, ainz estoit venuz
Ainçois que nus fust descenduz ;
Moult fet sanblant d’estre joious.
Li chevaliers fu vizious ;
Par tout prent garde de sa gent,
Et séoir fet moult richement
Grevais son provost au mengier,
Avoec .I. riche chevalier,
Par devant le filz Micleart.
Au premier més ont pois et lart.
Dont la pièce moult granz estoit
Qui ès escuèles gisoit.
   Liéz fu li provos de cest mès,
Quar le lart vit gros et espès
Qui en s’escuèle s’aïme,
Puis s’apenssa en soi-méisme,
S’en pooit embler une pièce,
Qu’ele duerroit moult grant pièce,
Qui en voudroit fère mesure.
Mès li chevaliers n’en ot cure
Qui avoec lui mengier devoit ;
A .I. sien compaignon parloit
Qui delèz lui avoit mengié.
Et le provost s’est abessié,
Ausi com por son nez mouchier,
Par derrière le chevalier ;
La teste baisse, puis si muce