Page:Montaiglon - Recueil général et complet des fabliaux des 13e et 14e siècles, tome I.djvu/143

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée

82 DU PROVOST A l’AUMUCHE 115

La pièce de lart soz s’aumuche,
Qui moult estoit parfonde et lée,
Puis l’a sor son chief r’afublée,
Tout ausi come devant fu.
Uns vallés porte busche au fu ;
Si commença à embraser ;
Grevais prist moult à treculer,
Qu’il n’en avoit gueres loisir,
Quar assis fu, n’en quier mentir,
En .I. angle d’une maisière,
Si qu’il ne pot n’avant n’arrière ;
Ainz commença à eschauffer,
Et le lart prist à degouster,
Qui desouz le chapel estoit,
Si que par les iex li couloit
Le saïn, et aval la face,
Com se fust crasse char de vache.
Uns vallés devant lui servoit :
Anuiéz fu, trop li grevoit
S’aumuche qui estoit forrée ;
D’une verge, qui ert pelée,
Li a jus bouté le chapel,
Et li lars chiet sor le mantel
Au chevalier qui lèz lui sist.
Or oiez que li provos fist :
.I. saut done par mi le fu,
Vers l’uis se tret à grant vertu ;
Mès li escuier qui servoient,
Qui l’afère véu avoient,
Li donèrent grant hatiplat,