Page:Montaiglon - Recueil général et complet des fabliaux des 13e et 14e siècles, tome I.djvu/145

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


VIII


DE LA BORGOISE D’ORLIENS.


Manuscrit F. Fr., 887, f. i63 r’ à 164 r».



Or vous dirai d’une borgoise
Une aventure assez cortoise.
Née et norrie fu d’Orliens,
Et ses sires fu néz d’Amiens,
Riches mananz à desmesure.
De marchéandise et d’usure
Savoit toz les tors et les poins,
Et ce que il tenoit aus poins
Estoit bien fermement tenu.
En la vile furent venu
.IV. noviaus clers escoliers ;
Lor sas portent come coliers.
Li clerc estoient gros et gras,
Quar moult manjoient bien sans gas.
En la vile erent moult proisié
Où il estoient herbregié :
.I. en i ot de grant ponois.
Qui moult hantoit chiés .I. borgois;
S’el tenoit-on moult à cortois ;
N’ert plains d’orgueil ne de bufois,
Et à la dame vraiement