Page:Montaiglon - Recueil général et complet des fabliaux des 13e et 14e siècles, tome I.djvu/158

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée

130 FABLIAU IX 112

Qu’ele a desouz mucié le mestre. »
Oiez de qoi s’est porvéue :
.I. ribaut vit enmi la rue,
Qui de sa robe estoit despris :
« Veus gaaignier, dist-ele, amis ?
— Oïl, Dame, n’en doutez mie.
— Va donc, dist-ele, tost ; si crie
Le feu enz enmi cele rue.
Et de bien crier t’esvertue ;
L’en le tendra tout à folie
Et à grande ribauderie ;
Puis t’en revien par ma meson,
De ta paie ferai le don.
— Dame, dist-il, point ne m’esmaie,
Quar j’aurai bien de vous ma paie. »
En mi la voie a pris son leu,
A haute voiz crie le feu
De quanqu’il pot à longue alaine,
Ausi com la vile en fust plaine.
Et quant li marchéant l’oïrent,
Trestuit ensemble au cri saillirent,
Et li ribaus d’iluec s’en part,
Si s’en fui de l’autre part.
Moult se tienent à mal bailli,
Quant au ribaut orent failli,
Et dient tuit : « Il estoit yvre. »
Et la borgoise se délivre
Du clerc ; maintenant l’en envoie,
Et li clerc si aqueut sa voie,
Qui n’ot cure de plus atendre.