Page:Montaiglon - Recueil général et complet des fabliaux des 13e et 14e siècles, tome I.djvu/157

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée

82 LE CUVIER 129

Je n’ai pas de son cuvier fet. »
   Li borgois l’ot, n’en fu pas liez :
« Dame, fait-il, quar li bailliez
Son cuvier, et si en fera,
Et puis si le vous prestera. »
Cele les mains au cuvier tient,
Et dist : « Ne savez qu’il covient
Aus dames, ne qu’il estuet fère ;
Ci avez perdu un bon tère,
Quar, par mon chief, que que j’entende,
J’en aurai fet ainz que le rende. »
Puis a dit à la chamberière :
« R’alez-vous-en, amie chière,
Et si dites à vostre dame
Qu’ele n’est pas si sage fame,
Par mon chief, com je voudroie estre :
Ne set pas quel besoing puet estre. »
   Cele s’en est tost revenue,
Et quant sa dame l’a véue :
« Qu’est-ce, fet-el, tu n’en as mie ?
— Non, dame, par le Fil Marie,
Ainz dist bien c’onques ne séustes
Qu’est besoing, n’onques ne l’éustes ;
Quar, se très bien le séussiez,
Jà hasté ne li éussiez. »
   Quant cele se fust apenssée :
« Lasse, fet-el, trop sui hastée ;
Par mon chief, si ai fet que fole ;
Le mestre le tient de l’escole ;
Or poroit ore moult bien estre