Page:Montaiglon - Recueil général et complet des fabliaux des 13e et 14e siècles, tome I.djvu/160

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


X


DE BRUNAIN
LA VACHE AU PRESTRE.


Manuscrit F. Fr. 837, fol. 229 r° à 229 v°.



Dun vilain conte et de sa fame,
C’un jor de feste Nostre Dame
Aloient ourer à l’yglise.
Li prestres, devant le servise,
Vint à son proisne sermoner,
Et dist qu’il fesoit bon doner
Por Dieu, qui reson entendoit ;
Que Diex au double li rendoit
Celui qui le fesoit de cuer.
« Os, fet li vilains, bele suer,
Que noz prestres a en couvent :
Qui por Dieu done à escient,
Que Diex li fet mouteploier ;
Miex ne poons-nous emploier
No vache, se bel te doit estre.
Que pour Dieu le douons le prestre ;
Ausi rent-ele petit lait.