Page:Montaiglon - Recueil général et complet des fabliaux des 13e et 14e siècles, tome I.djvu/161

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
18
133
de brunain

— Sire, je vueil bien que il l’ait,
Fet la dame, par tel reson. »
A tant s’en vienent en meson,
Que ne firent plus longue fable.
Li vilains s’en entre en l’estable,
Sa vache prent par le lien,
Présenter le vait au doien.
Li prestres ert sages et cointes.
« Biaus Sire, fet-il à mains jointes,
Por l’amor Dieu Blerain vous doing. »
Le lien li a mis el poing,
Si jure que plus n’a d’avoir.
« Amis, or as-tu fet savoir,
Fet li provoires dans Constans,
Qui à prendre bée toz tans.
Va-t’en, bien as fet ton message,
Quar fussent or tuit ausi sage
Mi paroiscien come vous estes,
S’averoie plenté de bestes. »
Li vilains se part du provoire.
Li prestres comanda en oirre
C’on fasse pour aprivoisier
Blerain avoec Brunain lier,
La seue grant vache demaine.
Li clers en lor jardin la maine,
Lor vache trueve, ce me samble.
Andeux les acoupla ensamble ;
Atant s’en torne, si les lesse.
La vache le prestre s’abesse,
Por ce que voloit pasturer,