Page:Montaiglon - Recueil général et complet des fabliaux des 13e et 14e siècles, tome I.djvu/163

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


XI


<small{>LA
CHASTELAINE DE SAINT GILLE.


Manuscrit F. Fr. 837, fol. 114 v° à 116 r°



Il avint l’autrier à Saint Gille
C’uns chastelains ot une fille
Qui moult estoit de haut parage ;
Doner la volt par mariage
A.I. vilain qui moult riche ère.
Ele respondi à son père :
« Si m’ait Diex, ne l’aurai jà.
Ostez-le moi, cel vilain là,
Se plus li voi, je morrai jà.

» Je morrai jà, dist la pucèle.
Se plus me dites tel novèle,
Biaus père, que je vous oi dire ;
Si me gart Diex d’anui et d’ire,
Li miens amis est filz de conte ;
Doit bien avoir li vilains honte,
Qui requiert fille à chastelain.
Ci le me foule, foule, foule,
Ci le me foule le vilain.