Page:Montaiglon - Recueil général et complet des fabliaux des 13e et 14e siècles, tome I.djvu/190

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


XIV


DE L’ENFANT
QUI FU REMIS AU SOLEIL.


Manuscrit F. Fr. 837, f. 241 v° à 242 r°.



Jadis se fu uns marchéanz
Qui n’estoit mie recréanz,
Ne de gaaignier esbahis,
Ainz chercha sovent maint païs
Por ses denrées emploier ;
De son avoir mouteploier
Ne fu pas sovent à sejor.
De sa fame se part.I. jor,
Et va en sa marchéandise ;
Ainsi com cis contes devise,
Bien demora.II. anz entiers.
La marchéande endementiers
Fu ençainte d’un bacheler ;
Amors, qui ne se pot celer,
Mist l’un et l’autre en tel désir,
Que ensamble les fist gésir ;
Mes lor œvre ne fu pas fainte,
Quar la dame en remest ençainte ;
.I. fil en ot, ainsi avint.