Page:Montaiglon - Recueil général et complet des fabliaux des 13e et 14e siècles, tome I.djvu/191

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


20 L'ENFANT REMIS AU SOLEIL. l63

Et, quant li marchéanz revint,
A fuer de sage se prova.
De l'enfançôn que il trova
A sa fame reson demande.
« Ha, sire, fet la marchéande,
Une foiz m’estoie apoïe
Là sus à vo haute poïe.
Moult dolente et moult esplorée
Tout por la vostre demorée,
Dont g’ère en moult grant desconfort ;
Yvers ert, si nègoit moult fort ;
Amont vers le ciel esgardoie,
Et je, qui point ne me doutoie.
Par meschief reçui en ma bouche
.I. poi de noif, qui tant fu douce
Que cel bel enfant en conçui
D’un seul petit que j’en reçui ;
Ainsi m’avint com je vous di. »
Et li preudom li respondi :
« Dame, ce soit à bon éur ;
Des or mès sui-je tout séur
Que Diex m’aime, seue merci,
Quant cest bel oir que je voi ci
Nous consent ainsi à avoir ;
Ausi n’avions-nous nul oir,
Et cist ert preudom, se Dieu plest. »
Ne plus ne dist, ainçois se test.
Ne de son cuer point ne gehi.
Et li enfes crut et tehi,
Et prist moult bone norreçon,