Page:Montaiglon - Recueil général et complet des fabliaux des 13e et 14e siècles, tome I.djvu/216

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


XVII


LE DIT DES PERDRIZ.


Manuscrit F. Fr. 837, f. 169 r° à 170 v°.



Por ce que fabliaus dire sueil,
En lieu de fable dire vueil
Une aventure qui est vraie,
D’un vilain, qui delèz sa haie
Prist.II. pertris par aventure.
En l’atorner mist moult sa cure ;
Sa fame les fist au feu mètre ;
Ele s’en sot bien entremetre ;
Le feu a fet, la haste atorne,
Et li vilains tantost s’en torne ;
Por le prestre s’en va corant.
Mès au revenir tarda tant,
Que cuites furent les pertris ;
La dame a le haste jus mis,
S’en pinça une peléure,
Quar moult ama la lechéure.
Quant Diex li dona à avoir,
Ne béoit pas à grant avoir,
Mès à toz ses bons acomplir ;
L’une pertris cort envaïr ;
Andeus les eles en menjue ;