Page:Montaiglon - Recueil général et complet des fabliaux des 13e et 14e siècles, tome I.djvu/222

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


XVIII


DU PRESTRE CRUCEFIE.


Manuscrit F. Fr. 837, f. 183 r° à 183 v°.



UN example vueil conmencier
Qu’apris de Monseigneur Rogier,
.I. franc mestre de bon afère
Qui bien savoit ymages fère
Et bien entaillier crucefis.
Il n’en estoit mie aprentis,
Ainz les fesoit et bel et bien.
Et sa fame seur toute rien
Avoit enamé un provoire.
Son seignor li ot fet acroire
Qu’à un marchié devoit aler
Et une ymage o lui porter,
Dont il auroit, ce dist, deniers,
Et la dame bien volentiers
Li otria, et en fu lie.
Quand cil vit la chière haucie,
Si se pot bien apercevoir
Qu’el le béoit à décevoir,
Si come avoit acoustumé.
Lor a desus son col jeté
.I. crucefîs par achoison