Page:Montaiglon - Recueil général et complet des fabliaux des 13e et 14e siècles, tome I.djvu/259

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


XXI


DU FEVRE DE CREEIL.


Man. F. Fr. 837, fol. 230 v° à 231 v°.



Or entendez.I. petitet,
N’i ferai mie grant abet.
Uns fèvres manoit à Creeil,
Qui por battre le fer vermeil,
Quant l’avoit trait du feu ardant,
Avoit aloué.I. serjant
Qui moult estoit preus et legiers.
Li vallés avoit non Gautiers ;
Moult ert deboneres et frans,
Les rains larges, grailes les flans.
Gros par espaules et espès,
Et si portoit du premier mès
Qu’il covient aus dames servir,
Quar tel vit portoit, san mentir,
Qui moult ert de bêle feture,
Quar toute i ot mise sa cure
Nature qui formé l’avoit ;
Devers le retenant avoit
Plain poing de gros et.II. de lonc ;
Jà li treus ne fust si bellonc,
Por tant que dedenz le méist,