Page:Montaiglon - Recueil général et complet des fabliaux des 13e et 14e siècles, tome I.djvu/31

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


45 DES DEUX BORDÉORS Ne toi ne tôt quanques tu as. Se Diex t’aïst, s’onques tu as Onques nul home si te tue, Que tu ne valz une letue, Ne chose que tu saiches faire. Pour Dé, si te devroies taire; Ne dois pas parler contre moi. Que t’ai-ge dit ? or me di quoi ? Tu ne sez à nul bien repondre ; Pour ce si te devroit on tondre Tantôt autresi come un sot. Tu ne sez dire nul bon mot Dont tu puisses en pris monter ; Mais ge sai aussi bien conter. Et en roumanz et en latin. Aussi au soir come au matin, Devant contes et devant dus, Et si resai bien faire plus Quant ge sui à cort et à feste. Car ge sai de chançon de geste. Cautères sui qu’el mont n’a tel Ge sai de Guillaume au tinel, Si com il arriva as nés. Et de Renoart au cort nés Sai-ge bien chanter com ge vueil, Et si sai d’Aïe de Nantueil Si com ele fu en prison ; Si sai de Garins d’Avignon, Qui moult estore bon romans; Si sai de Guion d’Aleschans