Page:Montaiglon - Recueil général et complet des fabliaux des 13e et 14e siècles, tome I.djvu/30

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


2 FABLIAU I l5 Que tu aies faim de forment. Conment es tu si povrement ? Que ne gaaignes tu deniers ? Tu es ci un granz pautoniers : Tu n’es pas mendre d’un frison. Or déusses en garnison Avoir .II. porpoinz endossez, Ou à un cureur de fossez Déusses porter une hôte, Tant que d’amone povre cote Péusses iluec amender. Mais tu aimes mielz truander, Lechieres, que estre à hennor. Or esgardez, por Dieu, seignor, Cils homs, com richement se prueve ! Jamais, à nul jor, robe nueve N’a u, pour chose que il die. Or esgardez quel hiraudie Il s’est iluec entorteilliez. Moult est or bien apareilliez De quant tel chaitis doit avoir. Si t’aïst Diex, or me di voir : Quiex homs es tu, or me di quiex. Tu n’es mie menesterex Ne de nule bone œuvre ovrieis ; Tu sanbles un vilains bouvieis, Ausi contrefez corne un bugles; Tu sanbles un meneur d’avugles Miels que tu ne faces autre home. Ge ne pris pas I. trox de pome