Page:Montaiglon - Recueil général et complet des fabliaux des 13e et 14e siècles, tome I.djvu/42

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


FABLIAU II De sa biauté n’ai or que fère A raconter ne à retrère, Quar, se je mesler m’en voloie, Assez tost mesprendre i porroie ; Si m’en vient miex tère orendroit Que dire chose qui n’i soit. En la vile avoit .1. boçu, Onques ne vi si malostru ; De teste estoit moult bien garnis Je cuit bien que Nature ot mis Grant entencion à lui fère. A toute riens estoit contrère ; Trop estoit de laide faiture ; Grant teste avoit et laide hure, Cort col, et les espaules lées, Et les avoit haut encroées. De folie se peneroit Qui tout raconter vous voudroit Sa façon ; trop par estoit lais. Toute sa vie fu entais A grant avoir amonceler ; Por voir vous puis dire et conter, Trop estoit riches durement. Se li aventure ne ment. En la vile n’ot si riche homme ; Que vous diroie ? c’est la somme Du boçu, coment a ouvré. Por l’avoir qu’il ot amassé Li ont donée la pucele Si ami, qui tant estoit bele ;