Page:Montaigne - Essais, Éd de Bordeaux, 1.djvu/15

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


nous deult, si le coup ne rencontre, et qu’il aille au vent ; aussi que pour rendre une veue plaisante, il ne faut pas qu’elle soit perdue et escartée dans le vague de l’air, ains qu’elle aye bute pour la soustenir à raisonnable distance,


Ventus ut amittit vires, nisi robber mensae
Occurrant silvae spatio diffusus inani.


De mesme il semble que l’ame esbranlée et esmeue se perde en soy-mesme, si on ne luy donne prinse : et faut tousjours luy fournir d’object où elle s’abutte et agisse. Plutarque dit à propos de ceux qui s’affectionnent aux guenons et petits chiens, que la partie amoureuse, qui est en nous, à faute de prise legitime, plustost que de demeurer en vain, s’en forge ainsin une faulce et frivole. Et nous voyons que l’ame en ses passions se pipe plustost elle mesme, se dressant un faux subject et fantastique, voire contre sa propre creance, que de n’agir contre quelque chose. Ainsin emporte les bestes leur rage à s’attaquer à la pierre et au fer, qui les a blessées, et à se venger à belles dents sur soy mesmes du mal qu’elles sentent,


Pannonis haud aliter post ictum saevior ursa
Cum jaculum parva Lybis amentavit habena,
Se rotat in vulnus, telùmque irata receptum
Impetit, et secum fugientem circuit hastam.


Quelles causes n’inventons nous des malheurs qui nous adviennent ? A quoy ne nous prenons nous à tort ou à droit, pour avoir où nous escrimer ? Ce ne sont pas ces tresses blondes, que tu deschires, ny la blancheur de cette poictrine, que, despite, tu bas si cruellement, qui ont perdu d’un malheureux plomb ce frere bien aymé : prens t’en ailleurs. Livius, parlant de l’armée Romaine en Espaigne apres la perte des deux freres, ses grands capitaines : Flere omnes repente et offensare capita. C’est un usage commun. Et le philosophe Bion, de ce Roy qui de dueil s’arrachoit les poils, fut il pas plaisant : Cetuy-cy pense-il que la pelade soulage le dueil ? Qui n’a veu macher et engloutir les cartes, se gorger d’une bale de dets, pour avoir où se venger de la perte de son argent ? Xerxes foita la mer de l’Helespont, l’enforgea et luy fit dire mille villanies, et escrivit un cartel de deffi au mont Athos : et Cyrus amusa toute une armée plusieurs jours à se venger de la rivière de