Page:Montaigne - Essais, Éd de Bordeaux, 1.djvu/151

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


par fortune chez luy, parmy quelques autres papiers, et me les vient d’envoyer de quoy je luy suis tres obligé, et souhaiterois que d’autres qui détiennent plusieurs lopins de ses & écrits, parcy, par-là, en fissent de mesmes.


Chapitre 29 :
Vingt et Neuf Sonnets d’Estienne de La Boette, à Madame de Gramont, Comtesse de Guissen



MAdame, je ne vous offre rien du mien, ou par ce qu’il est desjà vostre, ou pour ce que je n’y trouve rien digne de vous. Mais j’ay voulu que ces vers, en quelque lieu qu’ils se vissent, portassent vostre nom en teste, pour l’honneur que ce leur sera d’avoir pour guide cette grande Corisande d’Andoins. Ce present m’a semblé vous estre propre, d’autant qu’il est peu de dames en France qui jugent mieux et se servent plus à propos que vous de la poesie : et puis qu’il n’en est point qui la puissent rendre vive et animée, comme vous faites par ces beaux et riches accords dequoy, parmy un million d’autres beautez, nature vous a estrenée. Madame, ces vers meritent que vous les cherissez ; car vous serez de mon advis, qu’il n’en est point sorty de Gascoigne qui eussent plus d’invention et de gentillesse, et qui tesmoignent estre sortis d’une plus riche main. Et n’entrez pas en jalousie dequoy vous n’avez que le reste de ce que pieç’a j’en ay faict imprimer sous le nom de monsieur de Foix, vostre bon parent, car certes ceux-cy ont je ne sçay quoy de plus vif et de plus bouillant, comme il les fit en sa plus verte jeunesse, et eschauffé d’une belle et noble ardeur que je vous diray, Madame, un jour à l’oreille. Les autres furent faits depuis, comme il estoit à la poursuite de son mariage, en faveur de sa femme, et sentent desjà je ne sçay quelle froideur maritale. Et moy je suis de ceux qui tiennent que la poesie ne rid point ailleurs, comme elle faict en un subject folatre et desreglé. Ces vers se voient ailleurs.