Page:Montaigne - Essais, Éd de Bordeaux, 1.djvu/17

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Les Achaïens, dit Polybe, detestoient toute voye de tromperie en leurs guerres, n’estimants victoire, sinon où les courages des ennemis sont abbatus. Eam vir sanctus et sapiens sciet veram esse victoriam, quae salva fide et integra dignitate parabitur, dict un autre. Vos ne velit an me regnare hera quidve ferat fors Virtute experiamur. Au royaume de Ternate, parmy ces nations que si à pleine bouche nous appelons barbares, la coustume porte qu’ils n’entreprennent guerre sans l’avoir premierement denoncée, y adjoustans ample declaration des moïens qu’ils ont à y emploier : quels, combien d’hommes, quelles munitions, quelles armes offensives et defensives. Mais cela faict aussi, si leurs ennemis ne cedent et viennent à accort, ils se donnent loy au pis faire et ne pensent pouvoir estre reprochés de trahison, de finesse et de tout moïen qui sert à vaincre. Les anciens Florentins estoient si esloignés de vouloir gaigner advantage sur leurs ennemis par surprise, qu’ils les advertissoient un mois avant que de mettre leur exercite aux champs par le continuel son de la cloche qu’ils nommoient Martinella. Quand à nous, moings superstitieux, qui tenons celuy avoir l’honneur de la guerre, qui en a le profit, et qui apres Lysander, disons que où la peau du lion ne peut suffire, il y faut coudre un lopin de celle du renard, les plus ordinaires occasions de surprinse se tirent de cette praticque : et n’est heure, disons nous, où un chef doive avoir plus l’œil au guet, que celle des parlemens et traités d’accord. Et pour cette cause, c’est une reigle en la bouche de tous les hommes de guerre de nostre temps, qu’il ne faut jamais que le gouverneur en une place assiegée sorte luy mesmes pour parlementer. Du temps de nos peres cela fut reproché aux seigneurs de Montmord et de l’Assigni, deffendans Mouson contre le comte de Nansaut. Mais aussi à ce conte, celuy-là seroit excusable, qui sortiroit en telle façon, que la seureté et l’advantage demeurast de son costé : comme fit en la ville de Regge le comte Guy de Rangon (s’il en faut croire du Bellay, car Guicciardin dit que ce fut luy mesmes) lors que le Seigneur de l’Escut s’en approcha pour parlementer : car il abandonna de si peu son fort, qu’un trouble s’estant esmeu pendant ce parlement, non seulement Monsieur de l’Escut et sa trouppe, qui estoit approchée avec luy, se trouva la plus foible, de façon que Alexandre Trivulce y fut tué, mais luy mesmes fust contrainct, pour le plus seur, de suivre le Comte, et se jetter sur sa foy à l’abri des coups dans la ville. Eumenes en la ville de Nora pressé par Antigonus qui l’assiegeoit, de sortir parler à luy, et qui apres plusieurs autres entremises alleguoit, que c’estoit raison qu’il vint devers luy, attendu qu’il estoit le plus grand et le plus fort, apres avoir faict cette noble responce : Je n’estimeray jamais homme plus grand que moy, tant que j’auray mon espée en ma puissance, n’y consentit, qu’Antigonus ne luy eust donné Ptolomaeus son propre nepveu ostage, comme il demandoit.

Si est-ce que