Page:Montaigu - Démêlés du Comte de Montaigu, 1904.djvu/59

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


homme me faisaient écrire et faire à tout moment des extravagances dont j’étais bien forcé d’être l’agent, puisqu’il le voulait, mais qui me rendaient quelquefois mon métier insupportable et même presque impraticable.

Les lettres de Rousseau lui-même prouveraient le contraire. Comment concilier cette appréciation avec celle que Jean-Jacques portait sur son maître en 1744, les éloges qu’il lui décernait, et le bonheur qu’il éprouvait de se voir à Venise ? (Pages 24 et 199.)

Il voulait absolument que la plus grande partie des dépêches au roi et celle des ministres fût en chiffres, quoique l’une et l’autre ne contint absolument rien qui demandât cette précaution. Je lui représentai qu’entre le vendredi qu’arrivaient les dépêches de la cour et le samedi que partaient les nôtres il n’y avait pas assez de temps pour l’employer à tant de chiffres et à la forte correspondance dont j’étais chargé pour le même courrier.

Il trouva à cela un expédient admirable, ce fut de faire dès le jeudi la réponse aux dépêches qui devaient arriver le lendemain.