Page:Montaigu - Démêlés du Comte de Montaigu, 1904.djvu/61

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
43
ET DE JEAN-JACQUES ROUSSEAU

le plus souvent en retard, presque à la veille du départ du courrier, il était nécessaire de préparer avant leur arrivée des canevas de réponses, correspondant à des questions faciles à prévoir. Il en était de même pour la correspondance avec les États dont les communications étaient coupées par les belligérants. La condamnation de Rousseau ressort d’ailleurs de l’importance des renseignements communiqués par le comte de Montaigu, et des lettres échangées avec les autres ministres de France en Italie : à Gênes, M. de Joinville ; à Naples, le marquis de l’Hôpital ; à Rome, l’archevêque de Bourges et l’abbé de Canillac.