Page:Montesquieu - Œuvres complètes, éd. Laboulaye, t1.djvu/452

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée
430
LETTRES PERSANES.


Quelles fortunes inespérées, incroyables même à ceux qui les ont faites ! Dieu ne tire pas plus rapidement les hommes du néant. Que de valets servis par leurs camarades, et peut-être demain par leurs maîtres !

Tout ceci produit souvent des choses bizarres. Les laquais qui avaient fait fortune sous le règne passé vantent aujourd’hui leur naissance : ils rendent, à ceux qui viennent de quitter leur livrée dans une certaine rue, [1] tout le mépris qu’on avait pour eux il y a six mois ; ils crient de toute leur force : La noblesse est ruinée ; quel désordre dans l’État ! quelle confusion dans les rangs ! on ne voit que des inconnus faire fortune ! Je te promets que ceux-ci prendront bien leur revanche sur ceux qui viendront après eux, et que, dans trente ans, ces gens de qualité feront bien du bruit.

De Paris, le 1 de la lune de zilcadé, 1720.

  1. La rue Quincampoix, bourse du temps, rendez-vous de l’agiotage.