Page:Montesquieu - Esprit des Lois - Tome 2.djvu/129

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Le desir naturel de plaire à la divinité multiplia les cérémonies : ce qui fit que les hommes, occupés à l’agriculture, devinrent incapables de les exécuter tou- tes, & d’en remplir les détails. On consacra aux dieux des lieux particuliers ; il fal- lut qu’il y eût des ministres pour en prendre soin, comme chaque citoyen prend soin de sa maison & de ses affai- res domestiques. Aussi les peuples qui n’ont point de prêtres font-ils ordinairement barbares. Tels étoient au- trefois les Pédaliens (a), tels sont encore les Wol- gusky (b). Des gens consacrés à la divinité dévoient être ho- norés, sur-tout chez les peuples qui s’étoient formé une certaine idée d’une pureté corporelle, nécessaire pour approcher des lieux les plus agréables aux dieux, & dépendante de certaines pratiques. Le culte des dieux demandant une attention conti- nuelle, la plupart des peuples furent portés à faire du clergé un corps séparé. Ainsi, chez les Egyptiens, les Juifs & les Perses (c), on consacra à la divinité de certaines familles, qui se perpétuoient, & faisoient le service. Il y eut même des religions où l’on ne pensa pas seulement à éloigner les ecclésiastiques des affaires, mais encore à leur ôter l’embarras d’une famille ; & c’est la pratique de la principale branche de la loi chré- tienne. Je ne parlerai point ici des conséquences de la loi du célibat : on sent qu’elle pourroit devenir nuisible, à proportion que le corps du clergé seroit trop étendu, & que, par conséquent, celui des laïcs ne le seroit pas assez. Par la nature de l’entendement humain, nous aimons, en fait de religion, tout ce qui suppose un effort ; com- me, en matière de morale, nous aimons spéculative-

(a) Liliuq Giraldus, page 726. (b) Peuples de la Sibérie. Voyez la relation de M. Everard Isbrands-Ides, dans le recueil des voyages du nord, tome VIII. (c) Voyez M. Hyde.