Page:Montesquieu - Esprit des Lois - Tome 2.djvu/140

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


CHAPITRE XIV.

Pourquoi la religion chrétienne est si odieuse au Japon.

J’ai parlé (a) du caractere atroce des ames Japonoises. Les magistrats regardèrent la fermeté qu’inspire le christianisme, lorsqu’il s’agit de renoncer à la foi, comme très-dangereuse : on crut voir augmenter l’audace. La loi du Japon punit sévérement la moindre désobéisance : on ordonna de renoncer à la religion chrétienne : n’y pas renoncer, c’étoit désobéir ; on châtia ce crime ; & la continuation de la désobéissance parut mériter un autre châtiment. Les punitions, chez les Japonois, sont regardées comme la vengeance d’une insulte faite au prince. Les chants d alégresse de nos martyrs parurent être un attentat contre lui : le titre de martyr intimida les magistrats ; dans leur esprit, il signifioit rebelle ; ils firent tout pour empêcher qu’on ne l’obtînt. Ce fut alors que les âmes s’effarouchèrent, & que l’on vit un combat horrible entre les tribunaux qui condamnèrent, & les accusés qui souffrirent ; entre les loix civiles, & celles de la religion.

(a) Liv. VI, chap. XXIV.

CHAPITRE XV.

De la propagation de la religion.

TOUS les peuples d’Orient, excepté les mahométans, croient toutes les religions en elles-mêmes indifférentes. Ce n’est que comme changement dans le gou-