Page:Montesquieu - Pensées et Fragments inédits, t2, 1901.djvu/576

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Page 291, lignes 20 et suiv. — Voyez Pufendorf, Histoire de l’Univers (Amsterdam, 1722), chap. Ier, § 15.

Page 291, note 1. — Voyez l’Esprit des Lois, liv. VIII, chap. xv1.

Page 292, ligne 6. — Voyez Pufendorf, Histoire de l’Univers, chap. X, § 83.

Page 293, lignes 16 à 18.— Les Iroquois massacrèrent la plupart des Hurons de 1648 à 1650. Ils les poursuivirent encore dans la suite. Mais il en reste quelques-uns même de nos jours.

Page 297, lignes 2 à 6. — La première moitié de cet article est rattachée, dans les éditions des Œuvres de Montesquieu, aux conseils à son fils imprimés ci-dessus, tome lor, page 27, et cela, bien qu’elle en soit séparée, dans le manuscrit, par un trait et même par un numéro d’ordre.

Page 298, lignes 21 et 22. — Il y avait d’abord: « gens se perdoient par. »

Page 298, lignes 26 et 27. — Il y avait d’abord: « bien par avarice et leur fortune par ambition. >

Page 299, lignes 17 et 18. — La phrase Tout homme a été ajoutée après coup par Montesquieu lui-même.

Page 299, ligne 22. — Ovide, Métamorphoses, liv. VI, v. 460.

Page 30o, lignes 16 et 17.— Il y avait d’abord: «Religion, qui n’a. *

Page 301, ligne 15. — Il y avait d’abord: « aux législateurs trop. »

Page 301, ligne 21.— Il y avait d’abord: t Tartares mettent leurs. »

Page 301, note 1. — Nous ignorons où Montesquieu avait mis sa réflexion sur les Tartares dans son Journal espagnol; mais elle se trouve dans l’Esprit des Lois, liv. XII, chap. xx1v.

Page 302, lignes t à 3. — Voy. Plutarque, Rapprochement d’Histoires..., chap. VIII.

Page 302, ligne 7. — Les mots de front, ni ont été ajoutés après coup.

Page 304, ligne 4. — Il y avait d’abord discours, au lieu de preuves.

Page 304, ligne 16. — Les mots il faut ont été ajoutés après coup et peut-être par une main moderne.

Page 304, ligne 18. — Il y avait d’abord : tfai toujours quitté les.»

Page 305, ligne 9. — Salluste, Conjuration de Catilina, chap. VIII.