Page:Montfort - Un cœur vierge.djvu/75

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


noyé mes yeux dans le ciel, et j’ai rêvé à perdre haleine. Je ne sais pas pourquoi cette jeune fille m’a fait penser à Fleur-des-Bois. Fleur-des-Bois, l’héroïne des Boucaniers, un roman que je lisais quand j’étais enfant, dans un très ancien journal illustré, l’Omnibus, que ma grand’mère me donnait pour me faire rester tranquille. Il y avait des gravures qui représentaient Fleur-des-Bois, l’une entre autres où elle dormait dans une forêt au pied d’un arbre, sous la garde d’un nègre, fidèle comme un chien. Elle était aimée du Chevalier. On rencontrait aussi, dans ce roman passionnant, Montbard l’Exterminateur et, si je ne confonds pas, la prise, par la flibuste, d’une ville qui s’appelait Santiago. J’adorais Fleur-des-Bois, quand j’avais dix ans… Et maintenant il me semble que sur les images, elle avait un chapeau tout à fait pareil à celui que portait cette jeune fille… Dieu ! que je l’ai aimé, le chapeau de Fleur-des-Bois !