Page:Montfort - Un cœur vierge.djvu/97

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— Voilà ma favorite. On la nomme : Laouen, parce qu’elle est toujours contente[1].

Je souris à demi, disant :

— Et vous : Laouen ?

Un voile passa sur ses yeux, et feignant de ne pas comprendre ma question, elle répondit :

— Je m’appelle Anne.

Elle s’était assise sur le sable, simplement, et caressait doucement sa chèvre. Comme hier j’avais naturellement posé mes pinceaux et je la regardais. Mon regard la gêna peut-être, car elle dit :

— Voyons, peignez un peu…

Je m’assis sur mon pliant et me remis au travail. Mais je n’y étais guère attentif. Pourtant, à chaque touche sur la toile, elle applaudissait, elle s’exclamait :

  1. En langue bretonne, laouen signifie joyeux, content, heureux.