Page:Montpetit - Souvenirs tome I, 1944.djvu/130

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



ÉVASIONS


Je n’étais pas installé depuis dix mois à Paris que, grâce à l’intervention de M. Hector Fabre auprès du Sénateur Raoul Dandurand, j’étais nommé — comment dirais-je ? — mettons conférencier du Canada en France.

Mon rôle était simple, et mes fonctions agréables. Le Commissariat du Canada et nos services d’immigration proposaient à divers groupements de France : universités, écoles spécialisées, associations professionnelles, centres agricoles, d’organiser des conférences sur le Canada. On me confia ces conférences.

Chaque fois que nos bureaux recevaient une invitation, je me mobilisais vers l’endroit intéressé, et je prononçais une causerie sur notre pays, son histoire, ses ressources. Je me prêtais innocemment à ce jeu pourtant assez