Page:Montpetit - Souvenirs tome II, 1949.djvu/40

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Les invités prirent congé de Sir Montagu Allan pour aller rencontrer, à l’Union Nationale. les sociétés françaises. À dîner, ils étaient les hôtes de quelques familles canadiennes et, à huit heures, tous se retrouvaient au Monument national.

Le sénateur Dandurand présenta la délégation à l’auditoire et passa la parole à M. Hanotaux et à M. Blériot qui prononcèrent de brefs discours. Puis, Louis Barthou fit une conférence sur l’aviation et la littérature.

M. Barthou était un fervent de l’aviation. Il avait fait quelques envolées lorsqu’il était ministre, et il nous raconta délicieusement comment M. Blériot avait longtemps hésité à prendre charge de sa vie.

Quelques jours avant de quitter la France, l’orateur avait été accueilli à l’Aéro-Club. Il avait cité les grandes dates de l’aéronautique et répété, après chaque nom de héros : C’était un Français… « Quand il parla des aéroplanes, quand il eut rappelé le magnifique, l’admirable Circuit de l’Est, ce fut une émotion patriotique qui se dégagea. Quand fut