Page:Montreuil - La vengeance d’une morte.djvu/107

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
106
CONTES ET NOUVELLES

yeux noirs restés ouverts, qui semblaient vivre encore avec je ne sais quelle idéale et sublime expression.

Je ne le connaissais pas ; c’est dans son linceul qu’il m’avait été donné de le voir pour la première fois ; et pourtant j’éprouvais comme une vague tristesse née d’une vive sympathie.

Était-ce à cette fleur cueillie prématurément, ou bien à la touchante douleur de la grand’mère penchée sur la couche funèbre que s’en allaient mes regrets ?

Le spectacle de cette vieille femme cherchant à contenir l’intensité de son chagrin, m’avait profondément remuée. J’aurais voulu la consoler, mais qu’aurais-je pu lui dire ?

« Le bon Dieu vous donnera un autre ange à chérir », avait murmuré mon amie. Et la pauvre aïeule, secouant sa tête grise, avait répondu : « Non, je n’en aimerai jamais un autre autant que lui !… Si vous saviez comme il était in-