Page:Moreau, Daverne - Manuel pratique de la culture maraichère de Paris.djvu/234

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


qu’en août et jusqu’au 15 septembre, époque où la police défend de manger des melons, parce qu’elle croit qu’à cette saison les melons brodés ou maraîchers peuvent donner la fièvre à ceux qui en mangent.

DE LA TAILLE DES MELONS.

Nous n’avons jusqu’ici parlé des melons que jusqu’à l’époque de leur plantation ; mais ils réclament encore d’autres soins jusqu’à celle où leurs fruits mûrissent pour nous dédommager de nos peines, et, parmi tous ces soins, celui de la taille est le plus important et celui sur lequel il y a des opinions très-diverses qui peuvent se résumer en ces deux questions : Faut-il tailler peu ? faut-il tailler beaucoup ? La culture maraîchère de Paris répond oui à la seconde question, parce que, la culture du melon étant tout artificielle sous notre climat, il faut continuer d’employer des procédés contre nature, pour forcer cette plante à nous donner des fruits et plus gros et plus tôt qu’elle ne ferait naturellement.

Les trois ou quatre sortes de cantaloup que nous cultivons, soit sous châssis, soit sous cloche, se taillant de la même manière, ce que nous allons dire est applicable à toutes : nous parlerons à part de la taille du melon brodé.