Page:Mourguet - Théatre lyonnais de Guignol, tome 2.djvu/39

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
33
le testament.


MME BOBINARD.

A ton bonnet, malheureux !


GUIGNOL.

Ma foi, tant pis ; il est pas à moi ; les affaires des autres me regardent pas… Ah ! sapristi, ça commence à me chauffer la tête. Il plonge le bonnet dans le pot de chambre & sort.


MME BOBINARD, seule.

Je l’attends ; il verra le testament &…


GUIGNOL, revenant.

Maintenant, Madame, que c’est fini, faut-y partir ?


MME BOBINARD.

Tiens, voilà les 100 francs que je t’ai promis ; je te remercie… Mais, je t’en prie, reste jusqu’à ce soir. (Coup de sonnette.) On sonne. Va ouvrir.


Scène XI

MME BOBINARD, RAYMOND.

Guignol paraît dans cette scène pour écouter, tout en feignant d’épousseter les meubles.


RAYMOND.

Bonjour, charmante voisine !… Je reviens, suivant ma promesse… J’ai vu tout à l’heure sortir de chez vous un monsieur que je ne connais pas du tout.