Page:Mousseau - L'envers du journalisme, 1912.djvu/115

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
146
L’ENVERS DU JOURNALISME

ouvertes. (Ajoutons que la loi de fermeture de bonne heure n’avait pas encore été votée.) Des bouteilles aux larges flancs et au long goulot étaient rangées artistement dans une vitrine. Ils entrèrent là.

À la grande surprise de Delisle, le commis qui s’avança pour le servir était un crieur du Palais. Delisle faisait le service du Palais et il connaissait tous les crieurs ; il demanda au commis improvisé par quel hasard il était là. Le crieur lui dit qu’il était commis-épicier tous les soirs et qu’il se faisait ainsi un petit supplément qui, joint à son modeste traitement, lui permettait de vivre assez à l’aise.

« Je voudrais bien être crieur, moi aussi, » lui dit en riant Delisle, « je pourrais me mettre commis-épicier ; tandis qu’actuellement je n’ai pas souvent mes soirées à moi… Combien vendez-vous votre champagne ? »

Le crieur lui dit que c’était cinq dollars la bouteille, mais qu’il lui en donnerait une pour trois et demie. Delisle le remercia de la faveur qu’il lui faisait et prit, avec Martin, le chemin de sa chambre. « Il est tout de même bon d’avoir des amis », dit-il, en flattant la panse de la bouteille.

Cette bouteille une fois vidée, ce qui les conduisit assez tard dans la nuit, Delisle dit : « écoute un peu, Martin, je ne sais ce que j’ai, mais depuis deux jours, je ne me sens pas bien du tout. Pendant les discours, je souffrais tellement — et il indiqua sa poitrine — que je n’ai pas pu prendre de notes. Veux-tu me rendre un service ?