Page:Mousseau - L'envers du journalisme, 1912.djvu/120

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
153
L’ENVERS DU JOURNALISME

résultat du vote, des détails sur l’affluence aux bureaux de votation, et on ne publia qu’à douze pages, au lieu du nombre ordinaire de seize, car le vote était trop près et le public en attendait trop anxieusement la fin pour s’intéresser beaucoup aux nouvelles et pour faire autre chose que jeter un simple coup d’œil sur le journal du jour.

Les presses furent mises en mouvement plus à bonne heure ; le journal parut à une heure. Les reporters reçurent immédiatement leur congé et on leur donna ordre d’être à la rédaction à quatre heures.

Quand ils revinrent, tout le personnel était sur pied, mobilisé pour la circonstance. Plusieurs machines à compter avaient été montées à la rédaction, pour additionner les résultats des votes dans les bureaux de votation de chaque division électorale de la ville, à mesure que ces résultats seraient communiqués par téléphone par les représentants du journal qu’on allait envoyer aux comités généraux des candidats de la ville. — Les résultats étaient apportés à ces comités par les représentants des candidats dans chaque bureau de votation.

Des fils spéciaux reliant le journal aux lignes des compagnies de télégraphe Great North Western et C. P. R. avaient été installés. À cinq heures, un télégraphiste de chaque compagnie était rendu à son poste, au journal, et attendait que les premières dépêches arrivassent.

Des préparatifs élaborés et parfaits avaient été faits pour que la réception des nouvelles eût lieu