Page:Mousseau - L'envers du journalisme, 1912.djvu/124

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
157
L’ENVERS DU JOURNALISME

tinuait toujours d’envoyer des rapports favorables au même parti, tandis que les provinces du milieu de l’ouest favorisaient le parti contraire. Le Manitoba et la Colombie-Anglaise formaient avec Ontario un bloc solide. La majorité devenait plus considérable que ne l’espéraient les vainqueurs.

Après une longue période sous le même gouvernement, l’électorat s’était donné de nouveaux serviteurs, — à moins que ce ne fussent de nouveaux maîtres.

La joie des vainqueurs, d’abord extrême, fit peu à peu place à des démonstrations de satisfaction plus modérées et ils en vinrent à sembler presque atterrés de leur victoire. Dans les deux partis, du reste, l’excitation trop intense fit place à l’accablement, et le calme et la réflexion suivirent les explosions violentes de joie ou de regret, après un événement aussi important.

Quand Martin sortit, une foule compacte et qui formait un courant continu emplissait les trottoirs. Tous regagnaient en hâte leurs foyers, où ils allaient annoncer l’issue du vote.

Quelques gens du peuple, qui subissaient malgré eux et sans se rendre compte du pourquoi l’impression générale de recueillement qui avait succédé au délire enthousiaste des uns et aux cris de colère et de regret des autres, tentaient de secouer cette impression, en faisant des plaisanteries, qui rataient misérablement.

Dans le tramway où se trouvait Martin, il y