Page:Mousseau - L'envers du journalisme, 1912.djvu/39

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


CHAPITRE VI


Au jour le jour



Qui de nous n’a senti, au sortir du collège, après le premier moment de contentement et quand la première effervescence de la liberté de soi-même est passée, un vague effroi et un étonnement craintif de se trouver aux prises avec la vie sans avoir les armes pour combattre, d’avoir à résoudre des problèmes nouveaux sans en avoir la clef et d’avoir à surmonter des difficultés insoupçonnées sans posséder l’énergie et les connaissances nécessaires pour surmonter du premier coup tous ces obstacles ?

Qui de nous ne s’est dit, quelquefois avec douleur et regret : « il y a eu une lacune quelque part ; on ne m’a jamais dit ceci, on ne m’a jamais parlé de cela ? je ne savais pas que c’était ainsi. »

Quand on a vécu pendant dix ans dans un monde irréel et factice, où l’on a appris à ne pas penser par soi-même, on peut avoir une certaine habitude