Page:Mousseau - L'envers du journalisme, 1912.djvu/46

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


CHAPITRE VII


Spectacle d’effroi



Il était environ neuf heures et demie, ce matin-là, quand un employé, de l’administration monta à la rédaction, accompagné d’un étranger avec lequel il était en grande conversation. Les deux hommes étaient si excités qu’ils parlaient ensemble, de sorte que le city editor, à qui ils s’adressèrent, ne comprenait rien.

« Dépêchez-vous », disait l’employé de l’administration, « envoyez vite des hommes. » — Oh oui, reprenait l’autre, c’est épouvantable, c’est renversant, ça dépasse l’imagination. Tenez, si vous aviez vu ce que j’ai vu ! Et il gesticulait avec frénésie.

« Mais je vous dis que c’est très important », continuait l’employé de l’administration ; « mettez trois hommes, mettez quatre hommes là-dessus. Envoyez-les vite »…