Page:Mousseau - L'envers du journalisme, 1912.djvu/50

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
63
L’ENVERS DU JOURNALISME

couronnés de succès et on montait le blessé, sur une civière. Martin suivit.

Le chef de la brigade, qui avait dirigé lui-même ses hommes, marchait le premier, tranquillement, enveloppé dans son ciré, aussi calme que s’il n’eut rien fait que de très ordinaire. — L’héroïsme revêt quelquefois l’uniforme d’un pompier.

Il se faisait tard et Martin désirait interviewer un officier de la compagnie.

Il monta au second étage et demanda à voir le chef du département de la publicité. Ce fonctionnaire le reçut très aimablement et lui remit la déclaration officielle de la compagnie, où on disait que « le train de Boston était entré en gare à toute vitesse et que la locomotive No… avait pénétré dans l’édifice de la gare. » — C’était tout.

Il fallait maintenant retourner au bureau en toute hâte, pour faire la copie.

Martin se mit à l’œuvre en arrivant et il écrivit avec une rapidité fébrile, sans regarder ce qu’il jetait sur le papier, mettant tout ce qu’il avait vu et envoyant cela feuillet par feuillet au city editor, qui jetait un coup d’œil rapide sur la copie et l’envoyait à son tour à la composition. Il s’interrompit un moment pour crier à Dorion : « J’ai des récits de témoins oculaires de l’accident, qui ont vu arriver le train. C’est bon cela ; je puis donner une certaine extension ? »

Avant que Dorion eut le temps de répondre, un autre reporter, qui tenait à se faire valoir, dit avec emportement, laissant dans son excitation percer