Page:Mullié - Biographie des célébrités militaires des armées de terre et de mer de 1789 à 1850, II.djvu/148

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


gendarmerie. En 1830, il fut placé parmi les généraux en disponibilité.

Il est mort le 16 janvier 1836. Son nom est" inscrit sur l’arc de triomphe de l’Étoile, côté Ouest.

LAGRANGE (ADELAÏDE-BLAISE-FRANÇOIS-LEUEYRE, marquis puis comte de)

fils aîné du lieutenant-général de ce nom, né le 21 décembre 1766 à Paris (Seine).

Volontaire au bataillon d’Artois le 21 décembre 1781, il fut nommé lieutenant en second dans le même corps le 9 mai 1782, et passa comme sous-lieutenant dans les carabiniers le 4 août suivant. Devenu sous-lieutenant de remplacement le 20 juin 1784, il fut fait sous-lieutenant en pied dans le 2’ régiment de l’arme le 1" mai 1788 ; attaché comme capitaine au régiment de la Reine-Dragons le 8 novembre 1789, il entra comme capitaine en pied au 50e régiment d’infanterie, lé 12 janvier 1792. Employé comme aide-de-camp auprès du maréchal Luckner le 3 mars, il fut fait lieutenant-colonel au 6e régiment de dragons le 15 juin, et obtint le grade de colonel dudit régiment le 8 septembre de la même année. C’est à la tête de ce corps qu’il combattit le 20 de ce mois à Valmy,-où.il fut blessé d’un coup de feu au bras. Passé en la même qualité au’ 5" régiment de hussards le 12 octobre suivant, il fit les campagnes de 1792, 1793 et an II à l’armée du Nord.

Employé à la suite du 24e régiment de chasseurs à cheval le 12 floréal an VIII, il fut attaché comme chef de brigade à l’état-major du général en chef Marat, fit la campagne de l’an VIII à l’armée d’Italie, et prit le commandement du 7" régiment de chasseurs à cheval le 19 pluviôse an IX. Il servit alors à l’armée de Batavie, fut employé à celle d’Angleterre pendant les ans XII et XIII, et fut nommé membre de la Légion- a.

? > ) LAC ; d’Honneur le 19 frimaire, ot officier de la Légion-d’Honneur le 25 prairial an XII. Il prit part aux opérations de la 2e division du T coVps de la grande armée pendant les guerres d’Autriche, de Russie et de Pologne, de l’an XIV à 1807. Blessé d’un coup de feu à la cuisse, le 10 juin de cette dernière année, au combat d’Heilsberg, il mérita, par sa bravoure, le grade de général de brigade qui lui fut conféré par décret impérial du 15 du même mois.

Employé avec son nouveau grade à. la 2e division de cavalerie de réserve du 2e corps de la Gironde le 28 novembre 1808, il fut créé comte de l’Empire vers cette époque, et retourna en 1809 à l’armée d’Allemagne où il eut un bras emporté par un boulet- de canon le 21 à l’affaire d’Essling. Promu au grade de général de division le 29 juin, il fut nommé commandant de ’la province de la haute Autriche le 24 août de la même année.

Appelé au commandement supérieur ’ de la place d’Anvers le 30 avril 4811, il fut chargé de la surveillance des côtes, dans le Mecklembourg, le 4 mai 1812. Gouverneur ’supérieur de Wesel le 31 octobre 1813, il fut nommé commandant supérieur de la place de Metz le 1" janvier 1814 ; mais il ne put prendre ce commandement, et fut chargé de celui de la levée en masse du département de Seine-et-Marne le 5 février suivant.

Après le retour des Bourbons, le général de Lagrange, qui reprit son titre de marquis, fut nommé capitaine-lieutenant de la 2e compagnie de mousquetaires le 15 juin, et chevalier de l’ordre royal et militaire de Saint-Louis le 2 juin de la même année. Louis XVIH lui conféra la dignité de commandeur du même ordre le 3 janvier 1815. Il ne servit point pendant les Cent-Jours, et après lç 10