Page:Musique des chansons de Béranger.djvu/349

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

LA BONNE MAMAN. — J’étais bon chasseur autrefois (air de Doche, dans Florian). — 196.
LE VIOLON BRISÉ. — Je regardais Madelinette (air de Doche, dans le Poëte satirique). — 197.
LE CONTRAT DE MARIAGE. — Daignez m’épargner le reste (air de Devienne, dans les Visitandines). — 198.
LE CHANT DU COSAQUE. — Dis-moi, soldat, dis-moi, t’en souviens-tu (air employé par Debraux, et tiré des Deux Edmond, de Doche). — 199.
LE BON PAPE. — Air du Sorcier (de Philidor) ; le timbre est en fa mineur. — 200.
LES HIRONDELLES. — Air de la romance de Joseph (Méhul). — 201.
——— Musique de M. A. de Beauplan. — 201 bis.
——— Chœur à quatre voix, par Laurent de Rillé. — 201 ter.
LES FILLES. — Verdrillon, verdrillette, verdrille (le ton est en fa). — 202.
LE CACHET OU LA LETTRE À SOPHIE. — Air de la Bonne Vieille (de Béranger) ; musique de Wilhem. — 203.
LA JEUNE MUSE. — Où s’en vont ces jeunes bergers ? (air de Dalayrac, dans le Corsaire). — 204.
LA FUITE DE L’AMOUR. — Dis-moi, soldat, dis-moi, t’en souviens-tu ? (air employé par Debraux ; et tiré des Deux Edmond, de Doche) ; Béranger n’a pas indiqué de timbre pour cette chanson. — 205.
L’ANNIVERSAIRE. — Air du Partage de la richesse (de Doche, dans Fanchon la Vielleuse) ; le ton est en fa mineur. — 206.
LE VIEUX SERGENT. — Dis-moi, soldat, dis-moi, t’en souviens-tu ? (air des Deux Edmond, de Doche). — 207.
LE PRISONNIER. — Air de la Balançoire (de M. A. de Beauplan). — 208.
L’ANGE EXILÉ. — À soixante ans il ne faut pas remettre (air de Tourterelle, dans le Dîner de Madelon). — 209.
LA VERTU DE LISETTE. — Air : Je loge au quatrième étage (du Ménage de garçon ; paroles de J. Pain, musique de Bouffet). — 210.
LE VOYAGEUR. — Plus on est de fous, plus on rit (air de Fasquel, sur une chanson d’Armand Goutté). — 211.
OCTAVIE. — Air de la valse des Comédiens, de Miller. — 212.
LE FILS DU PAPE. — Lison dormait dans la prairie (air de Dezède, dans l’opéra-comique de Julie). — 213.
MON ENTERREMENT. — Quand on ne dort pas la nuit (air de Grétry, dans Lisbeth) ; le ton est en ré majeur. — 214.
LE POËTE DE COUR. — Air de la Treille de sincérité (de Désaugiers). — 215.
COUPLET ÉCRIT SUR UN RECUEIL DE CHANSONS. — Air du vaudeville de la Petite Gouvernante (de Doche). — 216.