Page:Mussotte - De la cellule normale et pathologique.djvu/16

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



Toute cellule nous présente un organe clos, possédant une membrane très fine, se laissant facilement traverser par un courant endosmotique et exosmotique. Elle reçoit dans son intérieur les liquides nécessaires à son existence, et en même temps pour faire subir à ces derniers les modifications qui doivent servir à la formation des tissus ; en dernier lieu, ceux-ci sont rejetés au dehors, soit comme produits d’excrétion, soit comme substance de formation.

L’action qui se passe dans l’intérieur d’une cellule, les modifications qu’elle fait éprouver au liquide qu’elle contient, ne peuvent guère être expliqués. Cependant on peut, pour ainsi dire, affirmer que cette action ou que ces modifications sont exclusivement dévolus au noyau. Toute cellule privée de son noyau se détruit, disparaît ou meurt. Le noyau est chargé des fonctions nutrititives et modificatrices dans la cellule. Ce que l’on pourrait désigner sous le nom de fonction animale est exclusivement réservé à la membrane et à son contenu. Les propriétés de contraction, de sensation et de sécrétion, semblent n’avoir aucun rapport direct avec le noyau.


Du principe vital de la cellule.

La grande question du principe vital, qui a agité les savants de toute antiquité, pourrait aussi être recherchée dans la cellule. Celle-ci n’étant autre chose qu’un petit être distinct de