Page:Mussotte - De la cellule normale et pathologique.djvu/26

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


mode de nutrition a été changé. Mais dans un même groupe d’animaux, tous les individus peuvent être soumis à l’action de tous ces agents excitables ; pourquoi les uns seraient-ils plutôt frappés que les autres ? On n’a pu encore donner d’explications à ce sujet.

Dans ces derniers temps, on a fait intervenir les ferments pour expliquer la formation des cellules pathologiques ; d’autres n’ont vu que des sporules, des microzoaires ou des microphites capables de produire ces phénomènes en s’introduisant dans l’organisme. Enfin, en dernier lieu, est venue la génération spontanée des cellules ; ceux qui soutiennent cette opinion ont dit à leur adversaires : « Si vous n’admettez pas cette genèse, il faudra conclure que tous les animaux naissent avec les éléments du cancer, de la tuberculose, etc. Ces affections seront à l’état latent dans l’animal, et il suffira, d’après vous, d’un agent morbifique quelconque pour les faire développer ; ce qui est inadmissible vu la rareté de ces affections. »

De tout ce qui précède, il résulte que les auteurs qui veulent que la forme des tumeurs pathologiques ne soit due qu’à une aberration des cellules, ont raison pour ce qui a trait aux tumeurs bénignes. Quant aux tumeurs malignes, nous croirons à la génération spontanée des cellules jusqu’à ce que le contraire nous soit suffisamment démontré. Néanmoins, nous allons décrire les différentes cellules pathologiques, leurs modes d’action dans la création des tissus