Page:Myrand - Noëls anciens de la Nouvelle-France, 1899.djvu/110

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
111
NOËLS ANCIENS


\score {
  \relative c''
    {
    \time 2/4
    \clef G
    \key c \major
    \autoBeamOff
    c4 e | d8 b c g | c4 e | \break
    d2 \bar "||" g,8 g a \stemUp b | \stemNeutral c4 g | \break
    c8 c d e | d2 | g,8 g a \stemUp b | \break
    \stemNeutral c4 g | c8 e d d | c2 \bar "|."
    }
\addlyrics {
—_D’où viens -- tu, ber -- gè -- re, D’où viens-
tu_? —_Je viens de l’é -- ta -- ble,
De m’y pro -- me -- ner_; J’ai vu un mi-
ra -- cle Ce soir ar -- ri -- vé.
} %lyrics
\layout{
  indent = 0\cm
  line-width = #120
  \set fontSize = #-2
  \override Score.BarNumber #'break-visibility = #'#(#f #f #f)
} %layout
\midi { }
} %score
\header { tagline = ##f}



D’où viens-tu, bergère,
— xD’où viens-tu ?
— Je viens de l’étable,
De m’y promener ;
J’ai vu un miracle
Ce soir arrivé.

— Qu’as-tu vu, bergère,
— xQu’as-tu vu ?
— J’ai vu dans la crèche
Un petit Enfant,
Sur la paille fraîche
Mis bien tendrement.

— Rien de plus, bergère,
— xRien de plus ?
— Saint’ Marie, sa mère
Lui fait boir’ du lait,
Saint Joseph, son père.
Qui tremble de froid.